About site   Contacts   Useful Links   Search  
1.1. Constitutional and legal status of constituent units in Russia, Belgium and Canada
KAZAN CENTER
OF FEDERALISM
AND PUBLIC
POLICY
/ Conference in May 17-18, 2004 / 17th May / First session: Different types of constituent units and distribution of power / 1.1. Constitutional and legal status of constituent units in Russia, Belgium and Canada / HUGUES DUMONT return to homepage
HUGUES DUMONT
 
 
 
Professor of Laws, Dean of the Law Department of Saint-Louis University (Brussels, Belgium) Presentation in French

(Windows)

Use the Western-European coding (Windows)

Hugues DUMONT

Doyen de la Faculté de droit

des Facultés universitaires Saint-Louis

Bruxelles (Belgium)

I. Première session Le statut constitutionnel et légal des entités fédérées en Belgique

Je vais structurer cette première intervention autour de trois points : 1 un bref survol historique ; 2 les facteurs explicatifs de la complexité du système fédéral belge qui réside essentiellement dans la superposition de deux catégories dentités fédérées : les Communautés et les Régions; et 3 les grands principes qui régissent lorganisation et les compétences de ces Communautés et de ces Régions.

1. Survol historique

La Constitution actuelle de la Belgique résulte des révisions successives dont la Constitution originaire du 7 février 1831 a fait lobjet, pour lessentiel en 1893, 1920, 1970, 1980, 1988 et 1993. Toutes ces révisions se sont déroulées selon la même procédure en trois temps (art. 195 de la Constitution) : le pouvoir législatif national identifie dabord les dispositions susceptibles dêtre révisées (sans indiquer dans quel sens elles devront lêtre); aussitôt après cette déclaration, les Chambres sont dissoutes et des élections sont organisées ; ce sont alors les nouvelles Chambres et le Roi (cest-à-dire le gouvernement) qui peuvent décider de la révision et de son contenu, moyennant un quorum de présences et un vote à la majorité des deux tiers. Lefficacité et la légitimité de cette procédure qui na jamais été modifiée depuis 1831 et qui ne fait donc pas intervenir les collectivités politiques fédérées créées en 1970, sont actuellement lobjet dune controverse dans le monde politique et parmi les constitutionnalistes.

Entre 1831 et 1970, lEtat belge répond à toutes les caractéristiques dun Etat unitaire décentralisé : les divisions territoriales quil comprend, à savoir les provinces et les communes, nont pas le pouvoir de faire la loi ; elles ne disposent que dun pouvoir réglementaire et sont soumises à la tutelle de lEtat. Le tournant en direction du fédéralisme date de 1970, mais ce nest quà la suite de la révision de 1993, que lEtat est explicitement qualifié de fédéral (art. 1er de la Constitution). La transformation de lEtat belge unitaire en un Etat fédéral trouve son origine dans lentrecroisement des revendications flamandes en faveur dune autonomie culturelle et des revendications wallonnes en faveur dune autonomie économique.

Les premières demandes explicites dautonomie culturelle selon un schéma fédéral datent de 1937. Elles émanent de la partie nord du pays, celle qui regroupe les locuteurs de langue néerlandaise. Ces revendications sexprimaient en réaction contre lhégémonie à la fois culturelle et sociale de la langue française et de la bourgeoisie francophone qui, tout au long du 19ième et au début du 20ème siècle, avait caractérisé lorganisation de lEtat, et singulièrement, les rapports entre le citoyen et ladministration. Ces revendications culturelles furent à lorigine de la création, en 1970, des trois Communautés (française, flamande et germanophone), qui constituent le premier type de collectivités politiques fédérées en Belgique.

Apparues dans les années 1960, les revendications en faveur dune autonomie économique furent quant à elles originairement le fait de la Wallonie, qui, grâce à cette autonomie, espérait relancer son industrie vieillissante et déclinante. Ces revendications dautonomie économique furent à lorigine de la création, en 1980, des trois Régions (wallonne, flamande et bruxelloise), qui constituent le second type de collectivités politiques fédérées belges.

A vrai dire, les révisions relatives à la structure de l'Etat n'ont guère reposé sur une doctrine fédérale cohérente. En effet, pendant les deux décennies 1970- 1980 au cours desquelles il a pris forme, le fédéralisme belge n'a jamais été perçu en Belgique comme un authentique projet politique commun sur lequel il y aurait eu un consensus proprement fondateur, mais seulement comme un mode de pacification pragmatique. En 1970, ceux-là même qui ont conçu et piloté la révision constitutionnelle étaient largement inconscients de l'inspiration objectivement fédérale de leurs réformes. Ils étaient influencés par le théoricien Carl Friedrich selon qui un Etat fédéral doit au moins comporter cinq entités fédérées. Or, la Belgique ne comprend que trois communautés et trois régions qui se superposent. Chacune des révisions constitutionnelles qui se sont succédé depuis lors peut sanalyser comme une réponse pragmatique inventée par les élites politiques pour résoudre une crise déterminée. Jamais, on ne sest entendu sur un dessein global et cohérent dont la réalisation aurait eu la vertu de stabiliser les nouvelles structures de lEtat.

Un des principaux obstacles qui empêchent le fédéralisme belge de reposer sur un modèle théorique stable et cohérent consiste dans le désaccord persistant sur le statut que la Région de Bruxelles-Capitale doit recevoir à terme. Dès 1970, les acteurs politiques flamands les plus influents ont fait de la division de lEtat en deux grandes communautés, la Communauté flamande et la Communauté française, le point de départ de leur doctrine fédérale. Pour eux, Bruxelles nest quun prolongement de la Flandre et de la Wallonie. Elle doit ne recevoir quun statut de capitale placée sous le contrôle de lEtat. Les acteurs politiques francophones les plus influents privilégient au contraire la division de lEtat en trois grandes régions, la Région wallonne, la Région flamande et la Région bruxelloise. Cest donc un compromis entre ces deux thèses qui est à la source du statut que la Région bruxelloise sest vue accorder en 1988. Bruxelles est une des trois régions du pays, mais elle porte le titre de Région-Capitale , un titre distinct qui correspond à quelques particularités techniques sur lesquelles on pourrait revenir au cours de notre discussion.

Comme on va le voir maintenant, cest la présence à Bruxelles des deux grandes Communautés qui est à la source de la complexité du système fédéral belge.

2. Les facteurs explicatifs de la complexité du système fédéral belge

Pour bien expliquer comment les pièces du puzzle belge sagencent, je vais commencer par le plus simple et passer ensuite progressivement au plus complexe.

Trois langues officielles sont reconnues en Belgique : le néerlandais, le français et lallemand (art. 4 et 189 de la Constitution). Les 10.309.795 Belges se répartissent en un peu plus de six millions de Flamands; un peu plus de quatre millions cent mille francophones; et une petite minorité dun peu plus de septante et un mille germanophones (faute de recencement linguistique, on ne peut pas être plus précis).

Donc, si lon fait abstraction de la minorité germanophone, les rapports de force déterminants de la vie politique belge sont bipolaires : cette vie est essentiellement animée par un duo -souvent conflictuel- Flamandsfrancophones . Il faut noter que cette bipolarité nest pas seulement sociologique et politique. Elle se traduit dans plusieurs règles de droit. Ainsi, dans les Chambres fédérales, on distingue les deux groupes linguistiques français et néerlandais (art. 43 de la Constitution). Certaines lois dites spéciales les plus importantes des lois fédérales en matière institutionnelle- doivent être adoptées à la majorité dans ces deux groupes linguistiques (art. 4 de la Constitution). Le Conseil des Ministres qui est le moteur de la vie politique de la fédération doit être paritaire : il doit compter autant de ministres dexpression française que dexpression néerlandaise (art. 99 de la Constitution). Cette parité est prévue aussi dans la haute fonction publique fédérale et dans les plus hautes juridictions. Jusque là, tout est simple.

Tout reste encore fort simple quand lon rappelle que lEtat fédéral belge comprend trois régions : la Région flamande qui se situe au nord du pays (5.972.781 Belges y sont domiciliés), la Région bruxelloise localisée au centre tout en étant géographiquement enclavée dans la Région flamande (elle comprend 978.384 Belges) et la Région wallonne au sud du pays (avec 3.358.560 Belges). Ces régions sont des divisions territoriales comme on en trouve dans tous les Etats fédéraux.

Le fédéralisme belge nest compliqué quen raison de Bruxelles et de la minorité germanophone. En effet, les six millions de Flamands vivent dans la Région flamande et dans la Région bruxelloise. La plupart des quatre millions cent mille francophones vivent, eux, dans la même Région bruxelloise et dans la Région wallonne (toutefois, plus ou moins 100.000 francophones sont domiciliés dans la partie de la Région flamande la plus proche de Bruxelles). Quant aux septante et un mille germanophones, ils vivent aussi dans la Région wallonne, mais ils sont concentrés sur un petit territoire situé près de la frontière avec lAllemagne.

A ces constatations, il faut ajouter une donnée supplémentaire qui est décisive pour notre explication: si les Flamands sont numériquement majoritaires à léchelle de lEtat belge, ils sont minoritaires dans la Région de Bruxelles. Or, cest cette région qui abrite la capitale du Royaume. Si lon prend comme critère les résultats électoraux, la Région bruxelloise comporte plus ou moins quatrevingt cinq pour cent de francophones et quinze pour cent de flamands.

Cest pour ce motif, on le comprend maintenant, que les Flamands nont jamais accepté que la Région bruxelloise puisse être une région comme les autres. Ils craignaient dêtre minorisés si lEtat belge nétait composé que de trois régions dont deux dominées par les francophones. Ils ont donc exigé et obtenu quà la différence de la Région flamande et de la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale soit placée, au moins de iure, dans certains liens de dépendance par rapport à lEtat fédéral. Ils sont pour le même motif particulièrement attachés à la notion de Communauté.

Le fédéralisme belge trouve lessentiel de son originalité dans lexistence de cette deuxième espèce de division : les divisions communautaires. A côté des trois régions, la Belgique comprend trois Communautés qui se superposent à ces trois régions : la Communauté flamande, la Communauté française et la Communauté germanophone.

Cette dernière communauté, la Communauté germanophone, est la plus simple à décrire : son territoire est formé par la région de langue allemande qui est constituée par la petite partie de la Région wallonne où se trouve concentrée la minorité germanophone.

La caractéristique majeure des deux autres communautés, les Communautés française et flamande, c'est d'avoir chacune une base territoriale propre respectivement la région de langue française (qui correspond à la Région wallonne, déduction faite de la région de langue allemande qui constitue le ressort de la Communauté germanophone) et la région de langue néerlandaise (qui correspond à la Région flamande) et, en plus, une extension territoriale commune : à savoir la Région de Bruxelles-Capitale qui coïncide avec la région bilingue de Bruxelles-Capitale . La sphère de compétence territoriale des Communautés française et flamande est très originale car, si leurs décrets sappliquent aux institutions et aux personnes respectivement en région de langue néerlandaise et en région de langue française, ils sappliquent aussi dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale, mais uniquement aux institutions. Ces deux Communautés agissent donc concomitamment dans cette région, mais de manière indépendante lune vis-à-vis de lautre. En pratique, les Bruxellois se voient appliquer les décrets de lune ou de lautre Communauté, en fonction de lappartenance communautaire de linstitution à laquelle ils ont recours. En matière denseignement, par exemple, les parents seront tenus par les décrets de la Communauté flamande sils ont décidé dinscrire leur enfant dans une école flamande. Si un autre de leurs enfants suit les cours dans lenseignement francophone, ils seront tenus, pour ce qui concerne ce second enfant, par les décrets de la Communauté française. Lappartenance communautaire des Bruxellois nest dès lors, ni directe, ni exclusive, ni définitive. La juxtaposition du champ de compétence des deux grandes Communautés sur le territoire bruxellois est lun des exemples les plus évidents de la manifestation du fédéralisme personnel dans la structure institutionnelle belge.

La raison dêtre de ces deux communautés française et flamande qui sont à la source de la complexité institutionnelle belge réside dans la volonté politique des Flamands de Flandre de sunir institutionnellement avec les Flamands de Bruxelles pour gérer ensemble les matières communautaires qui intéressent les uns comme les autres, et dans la volonté symétrique des francophones de Wallonie de sunir institutionnellement avec les francophones de Bruxelles pour gérer ensemble ces mêmes matières.

3. Les grands principes qui régissent lorganisation et les compétences des Communautés et des Régions

Sur un plan strictement juridique, lautonomie et légalité caractérisent en principe les relations mutuelles de ces collectivités fédérées et les relations que celles-ci entretiennent avec lautorité fédérale. Les collectivités fédérées possèdent ainsi leurs propres autorités exécutives (gouvernements) et législatives (conseils), dans la composition et le fonctionnement desquelles lautorité fédérale, comme telle, na pas le pouvoir dinterférer : cette composition et ce fonctionnement ressortissent exclusivement de la Constitution, des lois de réformes institutionnelles, et, le cas échéant, de l autonomie constitutive qui est reconnue à ces collectivités fédérées.

Chacune dentre elles reçoit par ailleurs de la Constitution le pouvoir dadopter des normes situées au même rang hiérarchique que la loi fédérale. On parlera de décrets, sagissant de la Communauté française, de la Communauté flamande, de la Communauté germanophone, de la Région flamande et de la Région wallonne, et dordonnances, sagissant de la Région de Bruxelles-Capitale. Lon notera que les collectivités fédérées, en Belgique, nont pas de pouvoirs juridictionnels : lorganisation, le fonctionnement et la compétence des cours et tribunaux relève en principe de lautorité fédérale.

La répartition des compétences entre lEtat belge et les collectivités fédérées que je viens de nommer obéit à deux grands principes. Premièrement, les Communautés et les Régions ne possèdent que les compétences qui leur ont été attribuées par la Constitution et des lois qualifiées de spéciales . Les compétences résiduelles appartiennent à lEtat. La Constitution prévoit linversion de ce principe, mais cette inversion dépend de conditions qui ne sont pas remplies actuellement et qui nont que très peu de chances de lêtre dans lavenir. En réalité, il est inévitable que les compétences résiduelles appartiennent à la Fédération et non aux entités fédérées, dans la mesure où notre fédéralisme est le résultat dun processus centrifuge de transformation dun Etat initialement unitaire qui avait par hypothèse toutes les compétences.

Deuxième principe : toutes les compétences sont exclusives. A de très rares exceptions près, nous ne connaissons pas la catégorie des compétences concurrentes. Lexplication de cette règle tient probablement dans la crainte que des compétences concurrentes engendreraient des tensions difficiles à gérer au sein du gouvernement fédéral. Comme on la dit, celui-ci comprend autant de ministres dexpression française que dexpression néerlandaise. Aussi, toutes les décisions fédérales dexercer ou de ne pas exercer une compétence concurrente - et de limiter ou non, par conséquent, lautonomie virtuelle des Communautés ou des Régions- seraient autant doccasions de conflits susceptibles dopposer les pôles flamand et francophone du Conseil des Ministres.


 
In this section
  • MICHEL FREDERICK
  • HUGUES DUMONT
  • Status of the subject of Russian Federation: general and special
  • SAIFIKHAN NAFIEV
  • Political parties in the legislative bodies of subject of federation: Russian and foreign experience
Site sections
Search
 
Registration
:    
:
 
 

  • [ ]
    • -
  • News | Projects | Publications | Employees | Forum | Actions | Help to researcher | Articles about modern federalism
    2001, 2002, 2009 Kazan Center of Federalism and Public Policy. All rights reserved, more ... Kazan, Kremlin, entrance 5. Tel/fax +7 (843) 2925043, federalism@kazanfed.ru